Les festival Pint of Science 2018

Du 14 au 16 mai, dans de nombreuses villes de France aura lieu le fameux festival Pint of Science

 

Cette idée est née en 2012 à Londres. Au départ, deux chercheurs anglais, les Drs Michael Motskin et Praveen Paul, ont décidé d’ouvrir les portes de leur laboratoire au grand public. Un public qu’ils ont trouvé curieux, intéressé et fasciné. Ils ont donc voulu réitérer l’expérience mais dans un lieu « moins officiel, moins institutionnel », un lieu où les échanges seront plus faciles, où les frontières seront abolies. Alors, pourquoi pas un pub ? Et, en 2013, Pint Of Science (PoS pour les intimes) était né ! L’évènement a regroupé 5 organisateurs et 3000 participants en Angleterre. L’année d’après, Elodie Chabrol, directrice de Pint of Science France, a décidé d’exporter le concept dans 6 pays, dont la France, et en particulier à Bordeaux, où 300 personnes ont participé. En 2017, il y a avait 1000 participants (et 10 000 sur l’ensemble de la France). Est-ce que l’édition 2018 va permettre de battre le record ?

L’édition 2018 aura lieu sur 3 soirs de mai : le lundi 14, le mardi 15 et le mercredi 16, dans 34 villes de France, comme Nantes, Grenoble, Bordeaux, Toulouse et dans plusieurs endroits de la région parisienne.

Différents thèmes ont été proposés, ce qui permet de présenter au public des sujets et des domaines scientifiques variés :

  • Les merveilles de l’esprit (neurosciences, psychologie et psychiatrie)
  • Des atomes aux galaxies (chimie, physique et astrophysique)
  • Notre corps (sciences du vivant)
  • Planète  Terre (sciences de la terre, évolution et zoologie)
  • Star tech (technologie et ordinateurs)
  • De l’Homme aux civilisations (droit, histoire, politique)

Les équipes organisatrices choisissent un thème et proposent plusieurs intervenants pour les trois soirs. Souvent il s’agit d’un.e chercheur.se qui fait une présentation d’environ 20 minutes et qui est également accompagné.e par un.e doctorant.e ou un.e post-doc. Et, pour savoir si vous avez bien écouté, des quiz vous seront également soumis, avec, à la clé, de beaux cadeaux à gagner !

Si vous voulez tout savoir sur ce festival et savoir s’il y a des présentations proposées près de chez vous, vous pouvez consulter le site officiel, ici.

Et pour avoir une idée de à quoi ressemble une soirée PoS, je vous propose de (re)lire mon article dédié à une soirée neurosciences PoS, ici !

Vous pensez assister à une soirée ? Pour ma part, je fais partie de l’organisation à Bordeaux, donc je pourrai vous en parler plus en détails !

Publicités

De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

 

37078542853_5aef9d0454_b

Image de .

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique ; un modèle descendant et plutôt unidirectionnel, ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Lire la suite de « De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

Les Utopiales de Nantes ou « l’accès à la culture pour tous »

Vous connaissez le festival des Utopiales de Nantes ?

 

utopiales-2017-la-nouvelle-tres-belle-affiche-vient-d-etre-devoilee_0-3329883

Image qui vient de .

Au début de Novembre dernier avait eu lieu à Nantes le Festival International de Science-Fiction, les Utopiales. Chrystel Jarnoux, la Chargée de Mission et Culture pour Tous et Mécénat, nous a consacré une interview pour nous expliquer en quoi ce festival permettait de mettre la science et la culture à la portée de tous.

Lire la suite de « Les Utopiales de Nantes ou « l’accès à la culture pour tous » »

AMCSTI : Atelier médiation et critique

Envie de réfléchir sur la place des sciences aujourd’hui ?

 

Le 20 février prochain, l’AMCSTI ouvre les inscriptions de son prochain MOOC : Atelier Médiation Et Critique

L’AMCSTI, le réseau professionnel des cultures scientifique technique et industrielle, propose de mettre à disposition un espace de ressources pour consulter et partager des contenus qui abordent au travers de différentes disciplines le sujet « Science, culture, croyance, comment en parler ? ». Il permettra notamment d’avoir des ressources accessibles sur des sujets scientifiques divers et éclaircis. De plus, cette plateforme permettra de créer une communauté d’acteurs et de professionnels de la médiation et de l’enseignement sur des sujets très divers et donc de contribuer à des réflexions, des échanges et des discussions collectifs.

Cet atelier permet de remettre au cœur des enjeux de médiation scientifique les questions, entre autres, d’esprit critique, de la démarche scientifique ou encore des techniques de médiation. Ce sera un véritable lieu d’échanges et de réflexions qui répond à une demande exprimée par les membres du réseau et du terrain. Il s’agira en particulier d’essayer de trouver des solutions contre les situations de remise en question de la science et contre la montée des « pseudo-sciences ».

L’atelier se découpera en 4 parcours, dont le premier sera sous forme de MOOC.

Les inscriptions débuteront le 20 février prochain pour une présentation et un lancement de la plateforme au Palais de la Découverte le 20 mars à partir de 9h30.

Pour connaître l’atelier en détails, le site officiel est ici.

 

Un projet qui promet des discussions très intéressantes ! Vous pensez vous y inscrire ?

Cultiver la science au musée d’hier à aujourd’hui : Episode 2

La création de dispositifs de médiation innovants pour répondre à l’évolution de la médiation scientifique

 

Kapla CapSciences

Ateliers Kapla® à Cap Sciences, Février 2018.

S’adapter à l’évolution de la médiation scientifique

En réponse au texte de Jean Davallon, publié en 1994 et présenté dans l’article « Episode 1 » (à retrouver ici), Gaëlle Crenn a proposé, en 2016, le texte « Cultiver les sciences au musée, demain ? ». Ce texte a été publié dans la revue Cahier d’Histoire du CNAM, volume 5 (l’article original peut être retrouvé ici).

Une importante évolution des institutions muséales et des objectifs de médiation est en cours depuis 1990, ce qui s’accompagne d’une adaptation des expositions aux visiteurs. Visiteurs, qui sont de plus en plus mis au centre des expositions et qui deviennent de véritables acteurs de leurs découvertes et de la création des savoirs.

Les institutions muséales (voir l’article précédent pour la définition) doivent donc faire preuve de davantage d’imagination et être créatives afin d’attirer les visiteurs (en particulier le public des adolescents et jeunes adultes, souvent réfractaires aux musées).

Quels moyens sont donc mis en œuvre par les institutions ? Vous allez voir à travers différents exemples que les institutions ont bien pris en compte la problématique et rivalisent d’originalité…

En quoi ces dispositifs innovants inscrivent-ils les institutions muséales dans une approche renouvelée et différente de la médiation des sciences ?

Lire la suite de « Cultiver la science au musée d’hier à aujourd’hui : Episode 2 »

Cultiver la Science au Musée d’hier à aujourd’hui : Épisode 1

Comment peut-on « cultiver » les sciences dans les Musées ?

 

Museum Histoire Naturelle New York

Muséum d’Histoire Naturelle, New York, Septembre 2016.

La diffusion de la culture à travers des dispositifs de médiation scientifique très variés

Les sciences sont plurielles et diverses, donc pourquoi les dispositifs de médiation ne le seraient-ils pas ?

Tout d’abord, qu’appelle-t-on « dispositif de médiation » ? Tout processus permettant de transmettre des informations ou des connaissances au moyen de différents outils. Comprenez donc qu’il est possible d’utiliser différents moyens pour « cultiver » les sciences dans les institutions muséales.

Et, une deuxième définition !

Par « institutions muséales », on entend toute structure permettant de partager des savoirs ; les musées, bien sûr, mais aussi les CCSTI (Centres de Culture Scientifique, Technique et Industrielle), ou encore les zoos !

Mais pourquoi y a-t-il une telle profusion et une telle variété de ces dispositifs ? Pourquoi, aujourd’hui, les institutions muséales s’orientent-elles vers plus d’interactions avec les visiteurs ? Pourquoi cherchent-elles à « actoriser » et à mettre au cœur de leur médiation les visiteurs ?

Lire la suite de « Cultiver la Science au Musée d’hier à aujourd’hui : Épisode 1 »

L’ordre et le chaos au Lyon Science 2018

Lyon Science, festival de médiation scientifique aura lieu le 3 mars à l’Espace Astrée de Villeurbanne

 

Cette année est la troisième édition de cet évènement scientifique, sur le thème de l’ordre et du chaos.

Lire la suite de « L’ordre et le chaos au Lyon Science 2018 »

La Science se livre en Hauts-de-Seine

La Science se livre en mode numérique dans les Hauts-de-Seine du 27 janvier au 27 février

 

La 22e édition de ce festival invite à « questionner le monde« . C’est un évènement qui permet de partager la science, d’appréhender les enjeux scientifiques et de favoriser l’éducation artistique et culturelle.

Lire la suite de « La Science se livre en Hauts-de-Seine »

L’Eurêkafé, premier café scientifique de France

Imaginez-vous en train de faire une extraction d’ADN de banane en prenant un café en plein centre de Toulouse…

 

C’est le pari (un peu fou) qu’on fait Arnold Oswald et  Samuel Juillot, deux jeunes chercheurs Toulousains : ouvrir un café où l’on parlerait, échangerait, discuterait sur les sciences, tout cela dans la convivialité. Plus besoin de payer pour avoir un café, ici on paye à l’heure ! Vous pouvez donc rester une heure (pour 4 €), deux heures, voire, pourquoi pas, la journée (tarif plafonné à 14 €) et vous consommez ce que vous voulez en libre service (café, jus de fruit, gâteaux…). Un format qui nous vient d’outre-atlantique, de Montréal notamment, où Arnold a travaillé en tant que chercheur.

Car oui, initialement ces deux futurs « barmen » sont des chercheurs ! L’un est ingénieur, l’autre docteur… Ils ont tous les deux désiré faire leur propre expérience de la recherche avant de se lancer dans cette aventure. En parallèle de leur travail passé, ils organisaient déjà des soirées entre amis dans des bars où ils discutaient de sujets qui les intéressaient. Des soirées qui ont eu du succès puisqu’elles ont fini par regrouper 20 à 30 personnes. Les prémices de l’Eurêkafé étaient nées…

Aujourd’hui, ils veulent vraiment s’engager dans la vulgarisation scientifique et dans la diffusion des sciences. Ils désirent créer un lieu à l’interface entre les sciences et la société. Un lieu convivial et chaleureux, où l’on se sent chez soi et où l’on peut carrément « venir avec ses pantoufles ». Un lieu où l’on manipulerait, découvrirait, échangerait, débattrait sur les sciences. Une façon de pouvoir s’informer sur les sciences et technologies omniprésentes et donc d’avoir la possibilité de prendre des décisions en toute conscience.

Le but principal est de rendre la science accessible à tous ! Une demande faite par la société aujourd’hui. Donc en plus des débats, conférences et autres quizz, il y aura aussi la possibilité d’expérimenter : de l’extraction d’ADN de bananes, la construction de fusées à eau… des ateliers plutôt destinés aux enfants, mais qui n’empêchent pas les parents d’apprendre aussi !

Ce projet de « café des curiosités » a suscité un très fort engouement, car Arnold et Samuel ont mis en place une campagne de financement participatif (« crowfunding ») qui a très bien fonctionné et qui a même dépassé leurs espérances ! Il est d’ailleurs encore possible d’y participer…

Le café devrait ouvrir début Avril rue Gambetta à Toulouse, pour ensuite être accessible 7 jours sur 7 de 9h à 22h. Et pour l’ouverture, il sera peut-être possible de croiser Thomas Pesquet ou Fred de l’émission « C’est Pas Sorcier » ? En tout cas, une chose est sure, cela deviendra un lieu incontournable de la médiation scientifique et il va très bien s’inscrire dans la mouvance de « Toulouse, Capitale de la Science 2018 », notamment avec ESOF (dont on a parlé ), où l’Eurêkafé devrait accueillir des évènements liés et relayer la communication.

Pour en savoir plus sur ce très beau projet, vous pouvez retrouver leur site officiel ici.

 

J’ai vraiment hâte que cela ouvre ! Vous pensez que vous irez y faire un tour ?

 

Médiateur scientifique : mode d’emploi

Un article très complet pour comprendre comment construire un discours de médiation…

 

https://ateamofbios.files.wordpress.com/2017/11/lapinmediationscientifique.jpg?w=760

Image d’ici.

Il y a un peu plus d’un mois (le 8 Novembre), un très bel article présentant les outils essentiels pour faire une bonne médiation des sciences, a été publié sur le site « L’Infusoir ». L’article complet est à retrouver en cliquant ici !

Lire la suite de « Médiateur scientifique : mode d’emploi »