De la vulgarisation à la médiation scientifique ?

Doit-on supprimer la vulgarisation scientifique au profit de la médiation scientifique ?

 

37078542853_5aef9d0454_b

Image de .

Depuis quelques années, l’univers de la communication scientifique est en proie à plusieurs interrogations et questionnements. La façon dont doivent être transmises les connaissances scientifiques notamment est actuellement en débat. Doit-on garder le modèle (historique) de la vulgarisation scientifique ; un modèle descendant et plutôt unidirectionnel, ou doit-on céder à cet engouement des deux dernières décennies pour la médiation, qui prône plus d’échanges ? Et si, finalement, la solution se trouvait plus à l’interface entre les deux ? Doit-on forcément remplacer un moyen de communication par l’autre ?

Lire la suite de « De la vulgarisation à la médiation scientifique ? »

Publicités

La controverse dans les sciences : seulement une histoire de scientifiques ?

Pourquoi les controverses existent-elles ? Pourrait-on s’en passer ?

 

IMG_0260

Traban, Estonie, Août 2017.

Depuis toujours, nous, humain.e.s, cherchons à comprendre et à agir sur le monde qui nous entoure. Les sciences et techniques nous ont permis (et nous permettent toujours) d’obtenir ces connaissances et cette recherche de maîtrise de notre univers. Par contre, elles conditionnent nos modes de pensées et nos conceptions du monde et sont souvent utilisées par les puissances (gouvernements notamment) pour justifier l’organisation de la société. Il y a donc une intrication permanente entre les sciences, les techniques et la société, d’où une fabrication conjointe des savoirs et de l’organisation sociale.

Les sciences et les techniques constituent également le socle commun du progrès et de l’innovation. Elles représentent des instances d’autorité qui se retrouvent au cœur de l’expertise et donc de la prise de décision et qui, aujourd’hui, sont omniprésentes dans notre société.

Lire la suite de « La controverse dans les sciences : seulement une histoire de scientifiques ? »

Si vous avez raté le Lyon Science Festival 2018

Un weekend de vulgarisation scientifique à Lyon…

 

IMG_1165

Le Lyon Science Festival a lieu, dans sa forme actuelle, depuis 3 ans à Lyon, comme son nom l’indique. C’est un évènement qui promeut le partage et la diffusion des sciences, grâce à des rencontres entre des scientifiques, des diffuseurs de science et le grand public. À l’origine, ce festival a été créé par des passionné.e.s de vulgarisation scientifique, des membres du Café des Sciences. Il s’agit d’un site internet qui agrège des contenus de vulgarisation scientifique variés créé par une communauté de vulgarisateurs. Avant cette forme actuelle, les éditions de Lyon Science étaient donc beaucoup plus confidentielles ; la première était une simple rencontre entre amis passionnés de sciences et des vulgarisateurs. La deuxième était une mini-conférence sur les modèles des soirées radio-dessinées de Podcast Science. La toute première édition du format actuel a vu le jour il y a 3 ans après que l’équipe originale s’est associée avec ConférENS pour créer un projet beaucoup plus ambitieux.

Cette 3ème édition du festival a surtout voulu mettre en valeur la vidéo comme support de vulgarisation scientifique à travers, notamment un petit concours vidéo, et des conférences données par quelques vidéastes vulgarisateurs assez connus.

Lire la suite de « Si vous avez raté le Lyon Science Festival 2018 »

Les Utopiales de Nantes ou « l’accès à la culture pour tous »

Vous connaissez le festival des Utopiales de Nantes ?

 

utopiales-2017-la-nouvelle-tres-belle-affiche-vient-d-etre-devoilee_0-3329883

Image qui vient de .

Au début de Novembre dernier avait eu lieu à Nantes le Festival International de Science-Fiction, les Utopiales. Chrystel Jarnoux, la Chargée de Mission et Culture pour Tous et Mécénat, nous a consacré une interview pour nous expliquer en quoi ce festival permettait de mettre la science et la culture à la portée de tous.

Lire la suite de « Les Utopiales de Nantes ou « l’accès à la culture pour tous » »

[8 Mars] : Cite Ta Scientifique !

Femmes en Sciences…

 

laboratory-2815641_960_720

Image de .

Le 8 Mars dernier, je ne vous apprends rien (j’espère), c’était la Journée Internationale des Droits des Femmes. Pour l’occasion, je vous avais proposé sur Twitter (mon compte @MorganePetit22) de réaliser un index (pas du tout exhaustif) des Femmes En Science en utilisant le #CiteTaScientifique !

Lire la suite de « [8 Mars] : Cite Ta Scientifique ! »

Les sciences sont-elles « genrées » ?

Une culture scientifique à domination masculine…

 

les-femmes-n-aiment-pas-les-sciences-mais-sont-des-obsedees-voila-le-message-sexiste-de-cdiscount-1141548_w767h767c1cx719cy449cxt447cyt290cxb919cyb759

Image de .

Des victoires récentes, un combat incessant

Aujourd’hui, c’est le 8 Mars, la Journée Internationale des Droits des Femmes. Une bonne occasion pour débroussailler un peu le thème du genre dans les sciences (ce n’est absolument pas une étude qui se veut exhaustive !).

Lire la suite de « Les sciences sont-elles « genrées » ? »

[Vendredi Lecture] : Les Sciences Ça Nous Regarde

« La démocratie a besoin d’acteurs, pas de spectateurs »…

 

Les Sciences Ça Nous Regarde Livre Sciences

Pour certains, c’est encore les vacances scolaires, et donc, pour combler l’ennui de ces vacances (oui, oui, je suis sure que vous n’avez rien à faire), je vous propose un petit rendez-vous lecture. Et plutôt que de vous conseiller le dernier Cosmo’ (soit dit très intéressant pour connaître les Saint-Valentin des uns et des autres), que diriez-vous du livre Les Sciences Ça Nous Regarde ?

Il s’agit d’un recueil d’histoires de sciences écrites par différents scientifiques sous la direction de Lionel Larqué et Dominique Pestre et publié aux éditions les Empêcheurs de Tourner en Rond et la Découverte en 2013.

Lire la suite de « [Vendredi Lecture] : Les Sciences Ça Nous Regarde »

La Nuit Européenne des Musées 2018

Le 19 mai prochain dans différentes villes d’Europe aura lieu la 14ème édition de la Nuit européenne des Musées

 

Lors de cet évènement, de nombreux musées ouvriront gratuitement leurs portes en France et Europe, depuis la tombée de la nuit jusqu’à minuit. Plusieurs activités, ateliers et autres dispositifs seront alors mis en place, tels que des visites commentées, des parcours ludiques, des dégustations ou encore des spectacles vivants. Ceci permettra d’ouvrir cet évènement à un large public et amènera une expérience plus originale du musée, à la fois conviviale et ludique.

L’édition de 2017 avait mobilisé plus de 3800 musées dans trente pays européens, dont 1800 en France qui ont accueilli plus de 2 millions de visiteurs. Cet évènement a été créé en 2005 et attire depuis un public toujours plus nombreux, curieux et intéressé, notamment le jeune public, parfois assez récalcitrant.

Cette année, la Nuit européenne des Musées aura pour objectif de souligner la dimension européenne de l’histoire des arts et des collections et donc de créer des projets et des échanges transfrontaliers.

En France, de nombreux musées participent à la Nuit européenne des Musées, notamment à Paris : le Musée du Louvre, le Musée des Arts Décoratifs, le Musée des Arts et Métiers ou encore le Museum d’Histoire Naturelle. Pour connaître la liste exacte et les programmes à venir, vous pouvez consulter ce site, ici.

Mais, Paris n’est pas la seule ville à faire vivre ce festival, ainsi le Quai des Savoirs, à Toulouse, y participera également pour la première fois. À Nantes, le musée Dobrée organisera également des animations et des ateliers.

Renseignez-vous, dans votre ville aussi, il devrait sûrement y avoir des musées qui participent à cet évènement !

Et si vous voulez en savoir plus sur les festival, le site officiel est .

 

Vous connaissez des musées qui participent à ce festival ? Postez-les en commentaire pour en faire profiter tout le monde !

Pint Of Science : « Il était une fois le Cerveau »

Parler de neurosciences en sirotant une bière avec des scientifiques, des amateurs, des ingénieurs…

Affiche Special Event (300p)

…eh oui, c’est le concept du festival « Pint Of Science ». Cette idée est née en 2012 à Londres. Au départ, deux chercheurs anglais ont décidé d’ouvrir les portes de leur laboratoire au grand public. Un public curieux, intéressé, fasciné… Ils ont donc voulu réitérer l’expérience mais dans un lieu « moins officiel, moins institutionnel »… un lieu où les échanges seront plus faciles, où les frontières seront abolies. Alors, pourquoi pas un pub ? Et, en 2013, Pint Of Science (PoS pour les intimes) était né ! L’évènement a regroupé 5 organisateurs et 3000 participants en Angleterre. L’année d’après, le concept s’exporte dans 6 pays, dont la France, et en particulier à Bordeaux où 300 personnes ont participé. En 2017, il y a avait 1000 participants (et 10 000 sur l’ensemble de la France). Est-ce que l’édition 2018 va permettre de battre le record ?

IMG_0893

Hier (17 Janvier, 19h), dans le bar HMS Victory à Bordeaux, a eu lieu un évènement PoS exceptionnel en partenariat avec Cap Sciences ; une rencontre entre deux chercheuses en neuroscience du Neurocampus de Bordeaux et un public, initié ou non, en tout cas intéressé, par ces questions liées au cerveau. Une sorte d’avant-goût du festival PoS officiel qui aura lieu du 14 au 16 Mai prochain.

Lire la suite de « Pint Of Science : « Il était une fois le Cerveau » »

L’Eurêkafé, premier café scientifique de France

Imaginez-vous en train de faire une extraction d’ADN de banane en prenant un café en plein centre de Toulouse…

 

C’est le pari (un peu fou) qu’on fait Arnold Oswald et  Samuel Juillot, deux jeunes chercheurs Toulousains : ouvrir un café où l’on parlerait, échangerait, discuterait sur les sciences, tout cela dans la convivialité. Plus besoin de payer pour avoir un café, ici on paye à l’heure ! Vous pouvez donc rester une heure (pour 4 €), deux heures, voire, pourquoi pas, la journée (tarif plafonné à 14 €) et vous consommez ce que vous voulez en libre service (café, jus de fruit, gâteaux…). Un format qui nous vient d’outre-atlantique, de Montréal notamment, où Arnold a travaillé en tant que chercheur.

Car oui, initialement ces deux futurs « barmen » sont des chercheurs ! L’un est ingénieur, l’autre docteur… Ils ont tous les deux désiré faire leur propre expérience de la recherche avant de se lancer dans cette aventure. En parallèle de leur travail passé, ils organisaient déjà des soirées entre amis dans des bars où ils discutaient de sujets qui les intéressaient. Des soirées qui ont eu du succès puisqu’elles ont fini par regrouper 20 à 30 personnes. Les prémices de l’Eurêkafé étaient nées…

Aujourd’hui, ils veulent vraiment s’engager dans la vulgarisation scientifique et dans la diffusion des sciences. Ils désirent créer un lieu à l’interface entre les sciences et la société. Un lieu convivial et chaleureux, où l’on se sent chez soi et où l’on peut carrément « venir avec ses pantoufles ». Un lieu où l’on manipulerait, découvrirait, échangerait, débattrait sur les sciences. Une façon de pouvoir s’informer sur les sciences et technologies omniprésentes et donc d’avoir la possibilité de prendre des décisions en toute conscience.

Le but principal est de rendre la science accessible à tous ! Une demande faite par la société aujourd’hui. Donc en plus des débats, conférences et autres quizz, il y aura aussi la possibilité d’expérimenter : de l’extraction d’ADN de bananes, la construction de fusées à eau… des ateliers plutôt destinés aux enfants, mais qui n’empêchent pas les parents d’apprendre aussi !

Ce projet de « café des curiosités » a suscité un très fort engouement, car Arnold et Samuel ont mis en place une campagne de financement participatif (« crowfunding ») qui a très bien fonctionné et qui a même dépassé leurs espérances ! Il est d’ailleurs encore possible d’y participer…

Le café devrait ouvrir début Avril rue Gambetta à Toulouse, pour ensuite être accessible 7 jours sur 7 de 9h à 22h. Et pour l’ouverture, il sera peut-être possible de croiser Thomas Pesquet ou Fred de l’émission « C’est Pas Sorcier » ? En tout cas, une chose est sure, cela deviendra un lieu incontournable de la médiation scientifique et il va très bien s’inscrire dans la mouvance de « Toulouse, Capitale de la Science 2018 », notamment avec ESOF (dont on a parlé ), où l’Eurêkafé devrait accueillir des évènements liés et relayer la communication.

Pour en savoir plus sur ce très beau projet, vous pouvez retrouver leur site officiel ici.

 

J’ai vraiment hâte que cela ouvre ! Vous pensez que vous irez y faire un tour ?